Comment fixer le prix d’une œuvre d’art ?

Il s’agit d’une question qui préoccupe l’artiste depuis le début de sa carrière, en effet une œuvre d’art n’a pas de fonction et est incomparable à un objet pratique, c’est un concentré passionnel, elle a une essence, elle vie et transmet des émotions et des sensations. En l’absence d’aucune réglementation, évaluer le prix d’une œuvre d’art relève du bon sens et ne peut être fait que d’une manière relative.

Souvent les galeries d’art et les collectionneurs jaugent le prix des œuvres d’art ou font appel à des experts pour la définition du leurs prix. Pour les œuvres d’art non exposés vous trouverez ici des critères qui vous permettent de déterminer leurs prix.

Le marché de l’art
Le réseau de connaissance de l’artiste et son étendue jouent un rôle important dans l’estimation de son œuvre d’art, le prix varie également si l’artiste dispose d’un carnet d’acheteurs ou s’il contacte les galeries pour la vente de ses œuvres ou bien encore s’il a un agent. Ceci étant une connaissance de l’ensemble des créations dans le milieu artistique dans lequel évolue l’artiste et éventuellement de leurs prix permet d’être plus judicieux dans l’estimation.

La notoriété de l’artiste


Le parcours de l’artiste influe inévitablement le prix de ses travaux, celui-ci doit être établi en corrélation avec le parcours artistique de l’artiste, sa formation, le nombre d’expositions personnelles, le nombre d’expositions collectives de renom, le gain de prix ou de concours. Ceci étant les prix des œuvres d’un artiste peuvent augmenter d’une année sur une autre, avec l’augmentation des expositions et des ventes.

Le temps de réalisation d’une œuvre
Aussi subjectif que cela puisse paraitre, le temps passé par un artiste à élaborer une œuvre d’art n’a aucune influence sur son prix, hormis les critères énoncés dans cet article, il y a un critère plus important c’est la capacité à créer une émotion chez l’observateur, ainsi une œuvre abstraite qui a nécessité peu de temps dans sa réalisation et qui suscite des émotions a plus de valeur marchande qu’une œuvres précise qui a demandé un travail méticuleux pour sa réalisation.
La valeur intrinsèque de l’œuvre
Dans ce critère on mettra des paramètres liés au talent de l’artiste tels que l’originalité et la complexité du sujet, le caractère, l’équilibre de la composition, des couleurs et de la matière, la lumière, la puissance de l’expression…etc.

Le prix d’une œuvre est fonction de sa dimension
Aussi surprenant que cela puisse paraitre, le forma d’une toile à une influence sur la l’estimation de son prix. Aussi l’on constate que les grandes dimensions sont estimées plus chers que les petites sachant indubitablement que d’autres critères rentrent dans l’évaluation du prix d’une œuvre.

Le medium utilisé pour concevoir l’œuvre.
Les mediums utilisés dans l’élaboration d’un œuvre ont une valeur qui varie suivant la qualité physique et la rareté, en effet un croquis sur papier est moins cher qu’une peinture sur toile au même titre qu’une œuvre élaborée avec du lapis-lazuli n’a pas la même valeur qu’une toile réalisée avec un autre medium tels que l’acrylique, l’aquarelle ou bien le fusain.

La technique employée
A l’instar des mediums utilisés dans la réalisation d’une œuvre d’art, les techniques picturales ne peuvent échapper à une classification. Cette hiérarchie est fondée sur la difficulté voire la complexité de la maîtrise des médiums. Il va sans dire que Maîtriser la chimie de la peinture à l’huile est incontestablement plus ardu que la maîtrise de l’aquarelle. Ainsi la peinture à l’huile l’emportera sur le dessin au crayon graphite au même titre qu’une sculpture sur marbre coutera plus cher d’une sculpture sur bois.

Le savoir faire
A côté de la qualité du medium utilisé, Il n’y a que la maitrise de la technique durant le processus de la création d’une œuvre d’art qui garantit sa durabilité dans le temps et sa pérennité. L’adoption d’un processus de création et de travail de la matière dans les règles de l’art permet à une peinture de résister au temps, au changement de température et à la variation du taux d’humidité dans l’air.

Publié par Karima Nafi / Date de publication: 21 mai 2018