Les beaux-arts

La création d'Adam. Michel-Ange, 1508-1512. Plafond de la chapelle Sixtine, dans la cité du Vatican.
La création d’Adam. Michel-Ange, 1508-1512. Plafond de la chapelle Sixtine, dans la cité du Vatican.

L’art est une activité humaine, le produit de cette activité ou l’idée que l’on s’en fait s’adressant délibérément aux sens, aux émotions, aux intuitions et à l’intellect. On peut dire que l’art est le propre de l’humain, et que cette activité n’a pas de fonction pratique définie. On considère le terme « art » par opposition à la nature « conçue comme puissance produisant sans réflexion » et à la science « conçue comme pure connaissance indépendante des applications ».

 

Les Attributs de la peinture, de la sculpture et de l’architecture par Anne Vallayer-Coster, musée du Louvre.
Les Attributs de la peinture, de la sculpture et de l’architecture par Anne Vallayer-Coster, musée du Louvre.

Effectivement, les définitions de ce concept varient largement selon les époques et les lieux, et aucune d’entre elles n’est universellement acceptée. Ainsi, pour Marcel Mauss, « un objet d’art, par définition, est l’objet reconnu comme tel par un groupe ». C’est pourquoi les collections de productions artistiques peuvent être classées et appréciées diversement selon les cultures, les auteurs, les institutions et les époques.

En Europe, depuis la fin du xviiie siècle, ce terme recouvre principalement les produits dits des « beaux arts » tels que la sculpture, la peinture, l’architecture, les arts graphiques, et aussi la musique, la danse, la poésie (à prendre au sens classique du terme, le mot poésie désignant à la fois la poésie lyrique, qui correspond au sens moderne de la poésie, la poésie tragique, c’est-à-dire le théâtre et la poésie épique) et la littérature. On y ajoute depuis, parmi d’autres, l’image en mouvement (le cinéma, la télévision, le jeu vidéo, l’art numérique), le spectacle vivant (le théâtre, le mime), la photographie, la bande dessinée, et, plus largement encore, la mode, bien que celle-ci soit plus couramment associée au domaine de l’artisanat de par son usage et sa fonctionnalité. La classification des arts n’est toutefois pas universelle et rechercher une classification unanime semble impossible, voire un anachronisme.

Cette conception de l’art comme activité autonome, comme production par des artistes d’objets que l’on s’accorde à trouver beaux d’après une préférence de goût, date des xviiie et xixe siècles. Mais on considère souvent que l’art moderne et contemporain ont abandonné la notion de beau ou de style intemporel pour ce qui semble être, très généralement, des principes de transgression ou de rupture.

Partie supérieure du mihrab de la Grande Mosquée de Kairouan (Tunisie), un exemple de l'art islamique du ixe siècle.
Partie supérieure du mihrab de la Grande Mosquée de Kairouan (Tunisie), un exemple de l’art islamique du ixe siècle.

Au xxie siècle, on assiste à la fois à la prolifération de la notion d’art (absorbant les civilisations anciennes, intégrant différents supports et obligeant à parler d’« arts », le tout avec des productions en expansion planétaire exponentielle) et en même temps à son dépassement par la civilisation du tout-écran, qui mêle tout. Un tel phénomène incite à donner des repères et à ne pas appliquer la notion occidentale d’« art » à l’ensemble de ce qui a une visée esthétique sur tous les continents. Pour ce faire, il importe d’établir la chronologie et la géographie des productions dans une histoire générale de la production humaine.

Étymologie et évolution du sens

Le mot français « art » dérive du latin ars, artis qui signifie « habileté, métier, connaissance technique ». Selon le Dictionnaire des concepts philosophiques, p. 50, « Ars p[eut] également signifier « métier, talent », mais aussi « procédé, ruse, manière de se conduire » et seulement tardivement « création d’œuvres », terme traduisant le grec tekhnè. La signification du terme art s’est historiquement déplacée du moyen vers le résultat obtenu »..

Art et philosophie

Pompéi, Maison VII, 2, 6 : Paquius Proculus et son épouse. Musée archéologique national de Naples, fresque du ier siècle.
Pompéi, Maison VII, 2, 6 : Paquius Proculus et son épouse. Musée archéologique national de Naples, fresque du ier siècle.

Depuis au moins l’Antiquité, la philosophie s’interroge sur la nature de l’art. Platon dans l’Ion et l’Hippias majeur ou Aristote dans la Poétique s’interrogent sur l’art en tant que beau. Toutefois, l’esthétique antique diffère parfois notablement des esthétiques postérieures et le mot grec τέχνη (technè), qui est l’équivalent le plus proche du français art, désigne dans la Grèce antique l’ensemble des activités soumises à certaines règles. Il englobe donc à la fois des savoirs, des arts et des métiers. Les muses grecques ne sont pas toutes associées aux arts tels qu’ils seront définis par la suite et la poésie, par exemple, n’est pas une « technè ».

La civilisation romaine ne distingue pas non plus clairement le domaine de l’art de celui des savoirs et des métiers bien que Cicéron et Quintilien y aient contribué par leurs réflexions. Ainsi, chez Galien, le terme d’« art » désigne un ensemble de procédés servant à produire un certain résultat :

« Ars est systema præceptorum universalium, verorum, utilium, consentientium, ad unum eumdemque finem tendentium. »

« L’art est le système des enseignements universels, vrais, utiles, partagés par tous, tendant vers une seule et même fin. »

Dans cette acception du mot, qui a prévalu jusqu’à la fin du Moyen Âge, l’art s’oppose à la fois à la science conçue comme pure connaissance, indépendante des applications, et à la nature qui produit sans réfléchir. À l’idée de règle de production s’ajoute la considération de l’effort requis dans cette activité. Lorsque le mot est employé, il lui est généralement attaché une épithète qui le précise pour former des expressions telles que « arts libéraux », « arts mécaniques », « art militaire », etc. Et s’il arrive parfois que les arts libéraux soient visés par l’emploi du mot non qualifié « ars », on est encore bien loin du sens contemporain ; l’astronomie était un « art libéral » tandis que le spectacle de « theatrica » restait un « art mécanique ».

Jusqu’à la Renaissance, il n’y a pas de différence précise entre l’artiste et l’artisan : on appelle « artiste » un artisan dont la production est d’une qualité exceptionnelle. La différence ne commencera à devenir plus précise que lorsque les artistes commenceront à s’émanciper des corporations pour faire allégeance aux académies et à la commande nobiliaire. C’est alors que le sens maintenant familier du mot « art » commence à se dégager : non seulement de nombreuses techniques s’en séparent, mais de plus, après la découverte des règles de la perspective, l’aspect visuel y prendra une importance croissante.

C’est du siècle des Lumières que date la notion d’art aujourd’hui communément admise. Partant d’une réflexion sur les sens et le goût, une conception basée sur l’idée de beauté finit par s’établir. Avec Emmanuel Kant émerge une théorie de l’art définissant l’esthétique, dont les principes seront repris par le mouvement romantique. L’importance de l’observation de règles passe alors au second plan tandis que l’intention de l’artiste, qui vise nos sens et nos émotions, devient primordiale.

Jérôme Bosch, Kruisdraging (détail).
Jérôme Bosch, Kruisdraging (détail).

Mais le xxe siècle, par ses pratiques et ses idéologies, remet en question tout ce qui avait pu être retenu au siècle précédent. Il conteste en particulier l’existence d’une essence de l’art qui se retrouverait à travers les âges et les civilisations, et donc le rêve d’une définition universelle. Il souligne également le caractère parfois ambigu du rapport entre « beauté » et « art », par exemple lorsque l’œuvre d’art représente la nature de manière effrayante, voire repoussante.

C’est pourquoi le discours européen contemporain sur l’art comporte un risque d’anachronisme dans la mesure où, selon ce discours, l’art impliquerait une intention qui n’existe pas forcément en d’autres époques ou en d’autres lieux. L’Art préhistorique par exemple, se réfère à des éléments artistiques comme des peintures ou des sculptures, mais aucun texte ne précise si ces éléments étaient destinés à la contemplation, à des célébrations rituelles ou à d’autres usages. Dans certaines cultures (par exemple indienne ou chinoise), de tels textes existent, mais il est difficile de déterminer dans quelle mesure les concepts utilisés, notamment ceux traduits en français par les mots « juste » ou « beau », sont identifiables à ceux utilisés en Occident. L’introduction d’une hypothèse d’art inconscient ou involontaire pourrait permettre de contourner ce type de difficultés.

On donne souvent des listes plus ou moins complètes de domaines constitutifs de l’art, en notant ce qu’à la suite de Wittgenstein on appelle des « ressemblances familiales » : l’art devient alors un ensemble de pratiques et de résultats qui partagent un certain nombre de traits, bien qu’aucun d’entre eux ne soit universel.

La liste classique des arts, telle que proposée au xixe siècle par Hegel dans Esthétique ou philosophie de l’art, continue pour certains de servir de référence. Elle indique, sans se vouloir pourtant exhaustive, que les principaux arts sont au nombre de cinq : architecture, sculpture, peinture, musique, poésie. Par combinaison ou par prolongement, on parvient à développer indéfiniment cette liste en y ajoutant, par exemple, la danse, le cinéma (souvent nommé « septième art »), la bande dessinée, l’opéra, la photographie, etc.

Histoire de l’art

Les différentes conceptions de l’art et les difficultés de l’aborder dans sa globalité se répercutent sur les conceptions de son histoire.

Dans sa conception la plus classique, l’histoire de l’art s’est constituée au xixe siècle en adoptant sans questionnement le progressisme et les valorisations de son temps. Dans cette optique naturaliste, qui considère l’art comme une constante de l’humain, elle décrit les instances qui dévoilent l’« essence » de l’art à travers les différentes époques.

Mais cette hypothèse d’une autonomie des phénomènes artistiques et de leur développement intelligible a été progressivement délaissée au profit d’une vision beaucoup plus contextualisée et sociale. Comme le note Antoine Hennion, « La méthode de la sociologie de l’art et celle de l’histoire de l’art s’opposent l’une à l’autre », la première tend à éliminer ce que la seconde essaie au contraire d’épaissir. Dans ce cadre, l’histoire de l’art ne peut évidemment se construire qu’en tenant compte des évolutions de la notion d’art et elle est par conséquent sans cesse à reconstruire.

Une autre difficulté est liée au fait que relater les évolutions de l’art nécessite de procéder à des regroupements, le plus souvent par aires géographiques et par périodes historiques. Or la pertinence de telles délimitations est toujours à relativiser : à quel moment, par exemple, séparer l’Antiquité tardive du Moyen Âge ? Faut-il présenter l’art de l’Égypte ptolémaïque aux côtés de celui de l’antiquité grecque ? Ou encore, si l’on convient de considérer la poésie comme un art, faut-il ou non présenter les poèmes de Léopold Sédar Senghor du côté des arts africains ?

Conséquences de ces divergences de vues, les querelles sur la classification des arts sont nombreuses en histoire de l’art et en esthétique. Claude Roy résume ainsi ce pluralisme de la notion d’art :

« La notion d’art, qu’il s’agisse de l’art nègre, de l’art crétois ou de l’art impressionniste, reste à la fois imprécise, ineffable et irritante. L’art, c’est ce qui maintient vivante l’idole morte en tant qu’idole. L’art c’est ce qui dans un objet continue à servir quand il ne sert plus à rien. »

Préhistoire

Grotte de Lascaux.
Grotte de Lascaux.

Si l’on considère que l’art consiste à bâtir, à sculpter, à réaliser des motifs ornementaux, l’existence d’un art préhistorique semble indiscutable. En revanche, si l’on voit dans l’art une sorte de luxe destiné aux musées et aux expositions, il est probable que les premiers peuples n’y aient jamais songé. Enfin, si l’on considère, plus généralement, que l’art consiste à s’adresser aux sens et aux émotions de ceux qui en sont les spectateurs, il est difficile de ne pas qualifier d’artistes les auteurs d’un certain nombre de productions préhistoriques, comme les célèbres fresques de la grotte de Lascaux.

Quelle était la fonction exacte des sculptures et des peintures réalisées par ces artistes ? Nous ne le savons pas avec certitude, même si les hypothèses de fonctions rituelles, magiques, symboliques ou d’enseignement ont souvent été envisagées. Le travail de l’artiste aurait alors probablement eu comme visée première une efficacité « pratique », sans exclure pour autant une certaine recherche esthétique.

Publié par ArtyAds en Francais / Date de publication: 11 février 2018